Que deviennent les produits non calibrés ?

 

Le producteur peut les vendre à des distributeurs qui n’imposent pas de normes de calibrage ou les commercialiser lui-même (marché, vente à la ferme). Il peut aussi les commercialiser sous la forme de produits de « seconde catégorie » qui seront destinés à être transformés, en confiture ou soupe par exemple.

 

Les produits pourront également être destinés à l’alimentation animale. Dans certains cas, ils seront envoyés en usine de valorisation organique (compostage, méthanisation). Dans d’autres cas, si le producteur n’est pas sûr d’en tirer profit, il pourra considérer qu’il vaut mieux ne pas récolter ces produits non calibrés, étant donné les coûts de récolte engendrés, et préférera les laisser dans le champ.

Nous n’avons, à ce jour, pas de chiffre précis de ce qu’il advient de ces fruits et légumes et du gaspillage engendré par les normes de calibrage en application dans certains cahiers des charges de distributeurs.